Allaitement

Ce que tu dois savoir si tu souhaites allaiter !

A toi qui souhaites allaiter, ou qui commence tout juste, nous avons listé ce que tu dois savoir avant de te lancer dans cette magnifique aventure !

Allaiter; c’est beau, c’est naturel et c’est un peu magique… Mais ça peut parfois générer beaucoup de doutes et de questionnements, et un peu de découragement. Alors tu trouveras ci-dessous des informations ou conseils, récoltés au cours de nos 5 allaitements (plus ou moins bien réussis, et souvent du fait d’un sévère manque d’informations fiables !).

  • La préparation : oui, tu peux préparer ton allaitement comme tu prépare ton accouchement…
    • Préparer et poser des questions lors de séances collectives de préparation à l’accouchement. Il n’y a pas de questions bêtes !
    • Centrer une séance de préparation individuelle avec une sage-femme
    • Aller à une réunion mensuelle de la leche league. Tu peux trouver les animatrices bénévoles de ta ville ou ton quartier dans le lien suivant : https://www.lllfrance.org/reunions/trouver-une-reunion
    • Prendre RDV avec une consultante en lactation IBCLC… Ce n’est pas donné et non remboursé, mais tu ressortiras de ce RDV avec des informations précises et claires, et l’assurance d’un soutien et d’un suivi de la consultante : http://consultants-lactation.org/

 

  • Douleur : Oui, navrée de te l’annoncer, mais allaiter va peut-être te faire mal…. Au début. Tu pourras même avoir des crevasses (Kézako la crevasse ? Bah… Une craquelure sur le téton qui peut aller jusqu’à saigner) et la montée de lait peut être douloureuse les premières heures. Mais rassure-toi, si bébé est bien positionné pour têter et qu’il a une bonne succion, ça ne devrait pas durer. Il est toutefois important de se préparer mentalement à cette gêne passagère pour ne pas que la mauvaise surprise ait raison de ta volonté…

 

  • Espacement des tétées : Non, tu n’as pas besoin d’espacer les tétées de 3h ou de systématiquement mettre ton bébé au sein passé ce laps de temps. Si ton bébé est bien tonique, il saura te faire comprendre qu’il a faim : écoute-le. Au début, plus ton bébé tète et plus tu produiras de lait. La mise au sein à la demande permettra donc de stimuler au mieux ta lactation. Et la nuit, si ton bébé a une prise de poids harmonieuse et régulière et qu’il espace plus les tétées, laisse-le dormir… ET DORS !!!

 

  • Prise de poids et allaitement : les courbes de prises de poids d’un bébé allaité ne sont pas les mêmes que celles des bébés au biberon. Et les courbes des carnets de santé ne sont pas très adaptées. Tu peux suivre la prise de poids de bébé sur les grilles de l’OMS : https://www.lllfrance.org/1177-71-la-prise-de-poids-des-bebes-allaites-les-nouvelles-donnees-oms-et-les-donnees-francaises. Concrètement, les professionnels de santé vont s’attendre à ce qu’un bébé allaité exclusivement prenne entre 20 et 30g par jour. Une prise de poids moins importante donnera souvent lieu à un suivi régulier (pesées une à deux fois par semaine), afin de s’assurer que la croissance du bébé est harmonieuse. Attention, ce suivi peut vite tourner à la psychose pour toi (j’en sais quelque chose) mais peut permettre de détecter des problèmes (allergies, soucis de frein de langue / lèvre).
    • Si la prise de poids est problématique, mieux vaut faire des pesées régulières chez un professionnel de santé plutôt que de louer un pèse-bébé. Si tu es d’un naturel un peu stressé tu en deviendras vite esclave!!!

 

  • Pics de croissance : Ah, le pic de croissance. Le truc dont, souvent, tu n’as jamais entendu parler pour ton premier allaitement. Le truc qui te fait regretter d’avoir mis une sangsue au monde. Le truc qui ne t’aide pas du tout à garder le moral alors même que tes hormones ne sont pas au top. C’est quoi? C’est ton bébé qui pendant une période qui peut aller de 24h à 72h, va réclamer très, très, très (oui, j’insiste) souvent le sein pour stimuler un maximum ta lactation et que tu puisses prochainement lui fournir plus de lait. Ces pics de croissance apparaissent autour des 3, 6, 9 (jours, semaines, mois). Alors garde le moral, prévois une bouteille d’eau à côté de toi et dors dès que tu peux pour tenir le choc… La mise au sein à la demande te permettra d’avoir rapidement une nouvelle montée de lait et de satisfaire les besoins de ton bébé et tout rentrera dans l’ordre !

 

  • La question des compléments : Attention, en maternité le personnel médical a parfois recours très rapidement aux biberons de complément de lait maternisépour arrêter la perte de poids du bébé (10% de perte de poids considéré comme normal dans les premiers jours). Ca peut parfois être nécessaire, mais c’est parfois aussi du “confort” pour ne pas à avoir surveiller le bébé d’aussi près… Alors fais-toi confiance et garde en tête qui si ton bébé prend des biberons, il têtera forcément moins souvent et stimulera moins ta lactation. Si la prise de poids est vraiment problématique, tu peux aussi envisager de tirer ton lait pour le donner au biberon, ce qui permet à bébé de reprendre des forces et maintient ta production de lait. N’hésite pas à demander une ordonnance pour un tire-lait électrique avant de quitter la maternité.

 

  • Freins de langue / freins de lèvre : Nous avons tous des freins de langue et de lèvre, mais pour certains ils manquent de souplesse et entraînent des problématiques de succion (mais aussi de prononciation, des décalages dentaires…). Cela peut réellement handicaper un allaitement, car bébé, malgré tout vos efforts conjoints, ne peut pas prendre la quantité de lait dont il a besoin. En effet, un frein de lèvre trop fort peut empêcher bébé de faire ventouse avec sa bouche sur le mamelon. Un frein de langue gênant, quant à lui, empêche bébé de positionner correctement sa langue et de stimuler au maximum le téton  Si tu as un doute, discutes-en avec une sage-femme bien informée, une consultante en lactation, une animatrice leche league ou un ORL formé à ces problématiques. Si un problème de ce côté là est détecté, tu peux soit envisager une section de ces freins par un ORL soit t’orienter plutôt vers une rééducation du bébé (travailler le positionnement de la langue par des exercices). Quelle que soit la solution envisagée, prends conseil auprès de professionnels!

 

  • Le mythe du lait pas assez nourrissant : la mère est faite pour allaiter. Dans la grande majorité des cas (sauf éventuellement maladies graves, problèmes de thyroïde), ton lait est le meilleur aliment possible ! Alors tu pourras envoyer balader toute personne te disant que ton lait n’est pas assez nourrissant.

 

  • Trucs et astuces !!!
    • Le lait maternel a des vertus apaisantes : tu peux en badigeonner ton mamelon pour aider la cicatrisation en cas de crevasses par exemple.
    • Certains aliments sont connus pour stimuler ta lactation, comme les dattes, les amandes, le fenouil, la bière (sans alcool bien sûr !)
    • Certaines mamans allaitent allongées la nuit pour pouvoir se reposer en parallèle et récupérer un maximum… Un allaitement réussi passe aussi par le repos de la maman!

 

  • Les équipements :
    • Penses à prévoir des coussinets d’allaitement pour protéger tes vêtements. Parce que bon, potentiellement, tu vas fuir trèèèès souvent au début. Donc pour éviter de te retrouver trempée dans une flaque de lait caillé, il faut investir soit dans des coussinets jetables, soit dans des beaux coussinets lavables.
    • N’oublie pas la crème à la lanoline pour prévenir (ou parfois guérir) les crevasses aux tétons. La plus connue est la crème lansinoh.
    • Quelques hauts d’allaitement, te permettant d’allaiter “en public” sans avoir à te désaper ou à sortir la mamelle devant ton collègue de boulot venu te féliciter, ton beau-père ou ton meilleur pote pour qui tu étais jusque-là un être asexué… Ces hauts ont des ouvertures au niveau du décolleté ou sur le côté permettant un allaitement en toute discrétion.
    • Tu peux aussi te procurer un coussin d’allaitement qui te permet de bien positionner bébé et ne pas te faire mal (aux bras, au dos).
    • On va parfois t’orienter vers des bouts de seins en silicone (si tu as des bouts de seins ombiliqués, si tu as des grosses crevasses ou si bébé ne parvient pas à trouver le téton). Ce sont des tétons en silicone à poser sur ton mamelon. Attention toutefois à bien en discuter avec des professionnels du sujet : tout écran entre le sein et le bébé peut freiner ta lactation et mettre en péril ton allaitement.

 

Voici les informations que nous souhaitions partager avec toi pour que tu savoures au maximum chaque instant de cette expérience magnifique qu’est l’allaitement. Quels que soient tes questions et tes doutes, n’oublie pas qu’en allaitant tu fournis à ton enfant l’alimentation qui lui est la plus adaptée… Et que chaque tétée est un moment d’échange et d’amour avec ton bébé!

 

6 Comments

  1. En effet, le début de l’allaitement peut ne pas être facile mais il ne faut pas perdre courage. Ce sont des merveilleux moments partagés quand les aléas des premiers jours sont passés. Pour ma part, c’est la deuxième montée de lait qui a été difficile (le fameux pic des 9 jours). J’ai eu des frissons et très froid mais ma sage-femme m’a rassurée. Ça peut arriver et ce n’est pas inquiétant si ça ne dure pas plus de 24-48h.

    1. Les Co'Mères says:

      Tout à fait Sophie ! Pour moi aussi le 1er pic de croissance pour mon aîné a été physiquement et émotionnellement compliqué… Je nous vois encore, à sautiller avec le bébé dans les bras à 3h du matin, avec un bébé inconsolable et aucune idée de ce qui lui arrive… Personne ne nous avait parlé des pics de croissance. Mais une fois ce cap passé, qu’est-ce que c’est beau !!!!

  2. Manu says:

    L’allaitement une bien belle aventure avec bébé… Malgré des débuts douloureux qui ne dure que quelques jours pour ma part. Effectivement pour mon 1er enfant on ne m’avais pas parlé du pic de croissance du coup je suis passé à l’allaitement mixe jusqu’à 3 mois et après arrêt car trop de fatigue. Pour mes 2 autres enfants j’ai persévèré Pdt ces pics (persévèré c’est a dire bébé au sein quasi toutes les heures ou 2 heures Pdt 2 ou 3 jours.. Très fatiguant) et après ça reprend un rythme plus facile. Coussinets indispensables pour éviter de dégouliner… Montée de lait effectivement douloureuse (je me vois encore regarder mon 1er enfant dormir en priant qu’il se réveille pour me vider !!! L’allaitement un beau souvenir de la vie maman…

    1. Les Co'Mères says:

      Oui, une bien belle aventure ! Même si c’est souvent épuisant, stressant, ça vaut tellement le coup de s’accrocher ! 2 mois et demi d’exclusif et 1 mois de mixte pour moi, et je ne suis pas encore prête à m’arrêter… C’est des moments un peu hors du temps avec bébé qu’il faut savourer 🙂

  3. J’aurais aimé avoir ce lien avant mon allaitement ça m’aurait évité bien des angoisses… Même si aujourd’hui j’allaite toujours bébé à 12mois et qu’il n’a jamais eu de biberons.
    Je transmets ce lien à toutes celles qui en ont besoin parce que tout y est!

    Ou presque vous ne parlez pas de l’importance des papas c’est dommage car sans eux, leur soutien et leur aide ça serait moins facile. Et que beaucoup de papas sont contre l’allaitement parce qu’ils ont peur d’être à part.

    Merci pour cette page en tout cas !

    1. Les Co'Mères says:

      Merci beaucoup pour votre soutien Cia ! Et c’est vrai, vous avez raison, l’importance du père est fondamentale… Certaines mamans arrêtent d’allaiter parce que le papa n’est pas pour ou pas prêt à accepter les petits ajustements nécessaires pour que la maman nourrisse sereinement bébé. Moi au contraire, malgré mes allaitements difficiles, mon conjoint a été une bouée. Ca m’a permis de m’accrocher et de consacrer une bonne part de mon énergie à mettre en place mes allaitements. D’où l’importance que le papa soit là lors des réunions de préparation à l’accouchement qui parlent d’allaitement, ou tout simplement d’en discuter ensemble avant !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *