Education

La « coparentalité » selon les Co’Mères

Qu’est-ce que la coparentalité ? Pour faire les choses bien, nous avons voulu rechercher la définition officielle…

Du coup, je vous annonce officiellement que nous n’avons pas la même définition que notre ami Google ! Non, nous ne sommes pas un couple de mamans, ni des femmes en quête d’une personne du sexe opposé cherchant à avoir un enfant.

La co-parentalité consiste, selon nous, à occasionnellement partager son rôle d’éducateur avec quelqu’un hors de ton couple ou de ton cercle familial. Cette personne est, de préférence, proche, bienveillante et à l’écoute (aucune mention inutile) et connaît suffisamment ta famille pour ne pas juger et pour adapter son attitude à tes enfants. En bref, un espèce de passage de relais ponctuel pendant le loooong marathon de l’éducation afin de tenir le coup sur la durée. Une intervention au moment où il faut pour ne pas rompre avec nos principes d’éducation bienveillante.

Exemple concret : ton fils te demande pour la douzième fois un verre d’eau avant d’aller dormir, tu commences à manquer (légèrement) de patience et tout ce qui te vient à l’esprit c’est d’hurler « bon maintenant y’en a marre, il faut DORMIR » … et c’est là qu’intervient le co-parent dans toute sa bienveillance avec sa petite cape de super héros. Il expliquera alors à ton fils que maman l’aime très fort (en omettant de mentionner qu’elle a très envie de l’encastrer dans le mur) mais qu’il est vraiment l’heure d’aller se coucher …

Bénéfices pour l’enfant :

  • Sentir que son besoin est entendu et écouté (celui-ci n’étant pas forcément le verre d’eau mais le besoin d’attention)
  • Recevoir une réponse calme et apaisée, ce dont son parent n’aurait pas  forcément été capable au bout de la 5ème fois…
  • Créer un cercle d’adultes  de confiance dans lequel l’enfant pourra évoluer en sécurité (physique et affective)

Bénéfices pour les parents :

  • Lâcher du lest , faire descendre la pression et ne pas répondre à une demande d’attention par de la violence (physique ou verbale)
  • Faire comprendre a nos enfants que les règles que nous leur inculquons sont des règles de vie en société qui s’appliquent à tous et non des principes arbitraires dictés par les parents. Le coparent a effet les mêmes attentes… non, papa et maman ne sont pas des bourreaux !!!
  • Pouvoir partager avec le co-parent ses angoisses, son ras-le-bol, ses questionnements, avec humour pour dédramatiser le quotidien et se sentir moins seul dans son rôle d’éducateur.

Les principes de base de la coparentalité :

  • Une grande proximité avec le co-parent pour pouvoir développer une relation de confiance, sans jugement
  • Partager des principes d’éducation et de vie
  • De la franchise (savoir dire quand on aimerait que l’autre prenne le relai et quand ce n’est pas nécessaire)
  • Quand on est co-parent, ne pas prendre la placedu parent mais juste assurer un passage de relai (l’idée est de mentionner le parent et de bien expliquer que le co-parent est en phase avec lui : « Que se passe t-il, ta maman t’as déjà donné de l’eau et t’as demandé de dormir… Je suis d’accord avec elle, il faut dormir maintenant » plutôt que d’uniquement parler en son nom propre).
  • Le co-parent ne se substitue pas à l’autre parent (dans notre cas le papa !), mais vient toujours en soutien. L’autre parent doit être également en confiance avec le ou les co-parents et donner son accord à leur intervention.

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *